Poster un message

En réponse à l'article :

9 juillet 2015, 10:38

En caricaturant, on distingue les révolutionnaires et les conservateurs. Pour les uns, tout se passe comme si le changement était en soi un évènement positif et comme si toute institution réticente à embrasser la frénésie de l’époque était condamnée à un archaïsme maussade. Pour les autres, à vouloir changer pour changer, on oublie trop souvent que la pérennité des bases solides garantit la stabilité et la sécurité juridique. Au final, on en vient à croire que l’équation se résout par une aporie, si l’on (...)

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Ajoutez votre commentaire ici

Qui êtes-vous ?