Trouver le bon traducteur assermenté en quelques clics, c’est possible avec l’Annuaire des traducteurs assermentés !

Un retard ou une approximation dans la traduction d’un acte juridique peut vite avoir de lourdes conséquences, tant pour le professionnel, que pour son client. Mais trouver le bon expert, dans un délai très court peut être un sacré challenge. Et si nous vous disions qu’il existe un outil permettant de trouver facilement et rapidement un expert assermenté pouvant répondre aux besoins de traduction des actes notariés ? Keran Chaussard, Administrateur des données de l’Annuaire des traducteurs assermentés de France, nous explique le fonctionnement de la plateforme, à la fois simple d’utilisation et offrant la possibilité d’un dépôt de « dossier express ». De quoi répondre efficacement à toutes les attentes du notariat en matière de traduction !

Comment fonctionne l’Annuaire des traducteurs assermentés ? Qui y est référencé ?

Keran Chaussard : L’annuaire s’adresse aux professionnels du droit et de justice avant tout, mais nous travaillons aussi avec les administrations et les ambassades. C’est une plateforme qui permet d’accéder à l’ensemble des traducteurs et interprètes assermentés pouvant répondre au besoin de traduction, en filtrant par ville, région, langue ou type de document. Le site s’adresse aussi bien sûr aux notaires, qui ont des besoins importants en termes de traduction des actes ou d’interprétariat. Nous leur permettons donc de trouver rapidement et gratuitement l’identité des professionnels répondant aux spécificités recherchées.

Les traducteurs et interprètes référencés sur le site sont ceux inscrits sur les listes officielles des différentes cours d’appel. Nous ne prenons que les personnes mentionnées dans ces listes, assez simplement parce que cela permet de produire des traductions assermentées, dans le respect du cadre légal des experts judiciaires. Nous pouvons assurer que toute demande formulée sur le site est adressée à un expert assermenté.

Avec notre plateforme, il n’est plus nécessaire de consulter de manière assez fastidieuse les fichiers pdf fournis par la Cour de cassation, qui comprennent tous les experts assermentés, y compris dans d’autres domaines. C’est donc un gain de temps assez considérable ! C’est aussi pouvoir bénéficier d’une information à la fois centralisée et mise à jour sur l’ensemble des cours d’appel.

Pouvez-vous nous en dire davantage sur le dépôt de « dossier express » ?

K.C. : Les utilisateurs ont en effet soit la possibilité de rechercher eux-mêmes, dans la base de données en libre consultation, le traducteur ou l’interprète qui pourra répondre à leurs besoins, soit de passer par nos équipes, sur devis (au forfait), pour qu’elles se chargent de trouver pour eux la personne la mieux placée, le meilleur expert, pour réaliser le travail demandé. Comme dans toutes les professions, les experts n’ont pas tous le même savoir-faire. Par exemple, lorsque vous devez faire traduire un compte rendu d’expertise médicale, vous êtes dans quelque chose de très technique, où il est impossible de se permettre un non-sens par exemple. C’est là où le choix de l’expert est vraiment déterminant. Notre capacité à choisir la bonne personne est vraiment l’une de nos valeurs ajoutées. Et si jamais il y a une difficulté sur une traduction, nous assurons un « service après-vente » en quelque sorte : nous prenons systématiquement le relai sur les dossiers et cela sera refait, sans surcoût, jusqu’à ce que notre client soit satisfait.

Plus largement, l’une de nos grandes forces est que nous sommes « toujours là » : si un notaire nous envoie une demande à 19h, ou pendant le week-end, il peut être certain d’avoir une réponse rapide. Nous sommes présents pour aider les professionnels, même en dehors des heures ou jours ouvrables en réalité, parce que nous sommes bien conscients que les professionnels du droit doivent pouvoir trouver des solutions à leurs problématiques, notamment du temps. Nous faisons le maximum pour compenser, pour rattraper des « bêtises », par exemple parce qu’il a oublié qu’il avait une traduction de 40 pages à présenter dans 48h, nous saurons le gérer ! De même, si vous avez besoin d’un interprète à moins de 50 km de l’étude, vous le trouverez rapidement sur le site.

Nous savons gérer les urgences, ne serait-ce que parce que nous pouvons contacter toute la base en 3 clics, envoyer un mail simultané aux 900 personnes référencées et nous savons que nous aurons une réponse vraiment très rapide. Nous avons à disposition l’information qui nous permet d’être réactifs, ce qui est le cœur de la réussite de cet annuaire qui existe depuis 14 ans maintenant !

Constatez-vous des « tendances » dans les demandes qui vous sont adressées ?

K.C. : Il y a en effet des tendances qui ressortent plus que d’autres en ce moment. Le confinement a beaucoup changé la donne. Aujourd’hui par exemple, nous n’avons presque plus de demandes pour la Chine, l’Inde ou, plus largement, tout ce qui est hors Europe. C’est évidemment lié au fait que les gens ne peuvent pas voyager. Cela se voit vraiment très clairement aujourd’hui et nous l’avons constaté de manière très nette dès le premier confinement en mars 2020. Avant nous avions aussi beaucoup de demandes de traduction d’actes de naissance pour l’Afrique du Sud, puisque c’est une obligation légale pour les parents d’enfants mineurs. Ça s’est stoppé net depuis un an et demi. Donc les tendances sont aujourd’hui purement européennes, mais les choses commencent à redémarrer pour certains pays.

Et si l’on doit rester dans le contexte de l’année écoulée, nous avons également constaté une hausse des demandes de traduction en matière de divorce. Au-delà de cet « effet Covid », la traduction est au cœur de la vie des gens quelque part et par rapport aux actes que nous avons à traduire, nous pouvons constater l’évolution des problématiques sociétales.

Nous avons également par exemple aussi constaté un effet « Brexit », avec énormément de demandes de traduction d’actes en matière de naturalisation. Et cette demande pour devenir Français se confirme ! Comme vous le disiez, les demandes sont bidirectionnelles, de la France vers l’étranger et réciproquement.

Comment assurez-vous la confidentialité des documents et informations qui vous sont transmises par les professionnels du droit ?

K.C. : La confidentialité est en effet quelque chose de primordial aujourd’hui. Bien évidemment, nous avons des serveurs sécurisés en Europe, tous nos échanges sont chiffrés. Lorsque nous avons des gros dossiers, nous utilisons des plateformes payantes de transfert, où nous avons acheté notre propre espace pour limiter au maximum les risques de captation. Nous sécurisons donc beaucoup les données et nous traçons les documents lorsqu’ils sont transmis par voie postale. Et l’on retrouve aussi évidemment les obligations de secret professionnel des experts assermentés.

www.annuaire-traducteur-assermente.fr
contact[@]annuaire-traducteur-assermente.fr
Téléphone : 09 70 446 345, du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :