Vigilance accrue des associations à l’égard des plus vulnérables

L’année 2021 a plus que jamais occupé les associations dans le soutien aux personnes se trouvant dans des situations précaires et dont la vulnérabilité s’est accrue. En même temps qu’il apporte cette aide précieuse, le milieu associatif continue d’alerter les pouvoirs publics sur ces conditions de vie, notamment au travers de la publication de rapports.

Un recours croissant à l’aide des associations

Le rapport annuel du Secours catholique pour l’année 2021 a révélé des chiffres alarmants concernant la précarité en France. La demande d’aide alimentaire auprès de différentes structures caritatives a par exemple augmenté de près de 20 % par rapport à 2019. Les plus vulnérable s’enlisent dans un endettement qui s’accroit et voient leur niveau de vie baisser, ce à quoi la crise sanitaire n’est pas étrangère. Malgré l’engagement des associations, le soutien assuré par les autorités publiques reste insuffisant pour atténuer la hausse de cette précarité.

Actions concrètes de l’État et recommandations des associations

La législation s’adapte tout de même à ces constats, à l’instar d’une une récente loi entrée en vigueur le 9 février 2022 visant à améliorer l’accueil des enfants par l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Un exemple à suivre dans d’autres domaines dans lesquels le milieu associatif continue de proposer des solutions concrètes, comme l’instauration d’un revenu minimum garanti.

Retrouvez les constats et préconisations des associations quant aux plus vulnérables dans le Journal du Village des Notaires, p. 20 à 23, en cliquant sur l’image ci-dessous :

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :