Bilan démographique 2021 : une lente reprise à la suite de la Covid

Début janvier 2022, l’Insee a rendu public le bilan démographique 2021 de la France : des données qui témoignent d’une évolution des tendances par rapport aux deux dernières années. À la suite de la forte baisse de naissances et de la hausse de la mortalité au cours de l’année 2020, on enregistre une légère reprise. La population a augmenté de 0,3 % et le solde naturel [1] est plus élevé qu’en 2020, même s’il reste plus bas qu’avant la pandémie de Covid-19.

La chute des naissances compensée

Au 1er janvier 2022 la France compte 67,8 millions d’habitants.
738 000 naissances ont été enregistrées en France, 3 000 de plus qu’en 2020 : une légère remontée après la chute des neuf mois qui ont suivi le premier confinement du printemps 2020. Avant la crise sanitaire, de 2014 à 2019, la population augmentait moyennement de 0,4 % par an.

En 2021, le solde naturel s’établit finalement à + 81 000, grâce à la diminution des décès et au rebond des naissances qui ont suivi en mars et avril 2021.
Ces chiffres marquent une légère remontée depuis la baisse qui avait commencé en 2016 (+189 800), et qui avait atteint son point le plus bas en 2020 (+ 66 300) pendant les deux premiers vagues de Covid-19.

Entre le 15 décembre et le 15 février 2021, il est né 10 % de bébés en moins, par rapport à la même période de l’année précédente [2].

Le nombre de naissances chute à 733 857 en 2020, son plus bas historique, mais il commence légèrement à remonter en 2021 en arrivant à 738 000. Il dépend du nombre de femmes en âge de procréer, dont l’âge moyenne continue de croître (30,9 ans en 2021, contre 29,3 ans vingt ans plus tôt) et de leur fécondité, qui baisse depuis les années 2000.

En 2021, l’indicateur conjoncturel de fécondité [3] s’établit à 1,83 enfant par femme, en augmentation légère par rapport au recul progressif de l’indicateur entre 2015 et 2020.

Un nombre de décès qui reste élevé

Au cours de l’année 2021 en France sont décédées 657 000 personnes :

  • 12 000 de moins qu’en 2020 (– 1,8 %),
  • mais 44 000 de plus qu’en 2019 (soit + 7,1 %).

Entre 2019 et 2021, l’écart entre les décès attendus et observés a été de + 35 000.

En 2021 le taux général de mortalité a été de 9,8 % en moyenne. Plus précisément, il est de :

  • 9,4 % pour les femmes ;
  • 10,0 % pour les hommes ;
  • avec un taux de mortalité standard des 65 ans ou plus, en 2021, de 38,4 % ;
  • contre le 1,7 % du taux de mortalité standard des 0-64 ans (prématuré).

Vieillissement et espérance de vie

Au début de l’année 2022, 21 % des personnes en France ont 65 ans ou plus, 9,8 % ont 75 ans ou plus. Une hausse accentuée par l’arrivée de la première génération du « baby-boom » dans la tranche d’âge des 75 ou plus. Un vieillissement de la population qui s’accélère depuis le milieu des années 2010.

En 2021 on enregistre une petite remontée de l’espérance de vie à la naissance par rapport à 2020. Elle s’établit à :

  • 85,4 ans pour les femmes, qui gagnent 0,3 an d’espérance de vie par rapport à 2020 ;
  • 79,3 ans pour les hommes (+ 0,2 an).

Cependant, après la forte baisse en 2020, le niveau reste en dessous de l’année 2019, où l’espérance de vie se situait à 85,6 ans pour les femmes et à 79,7 ans pour les hommes.

Chiara De Martino
Pour la Rédaction du Village des Notaires

Retrouver le bilan démographique dans son intégralité en cliquant sur l’image ci-dessous :


Notes

[1Différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période

[3L’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) indique la somme des taux de fécondité par âge observés une année donnée.

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :