Poster un message

En réponse à l'article :

20 mai 2014, 08:37

En effet, en raison de sa grande complexité, la traduction juridique impose non seulement la maîtrise de différentes langues, mais aussi la connaissance des différents systèmes juridiques concernés, de la terminologie et du jargon des disciplines abordées. À ces éléments, qui constituent la pointe de l’iceberg, viennent s’ajouter deux obligations additionnelles pour le traducteur, et non des moindres, qui se cachent derrière toute traduction de qualité : l’adoption d’une approche pluridisciplinaire et (...)

[1S. POMMER, « Droit comparé et traduction juridique – Réflexions jurilinguistiques sur les principes communs », op. cit., p. 27

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Ajoutez votre commentaire ici

Qui êtes-vous ?