Vacances d’hiver : les nouvelles tendances

Il est loin le temps où les vacances d’hiver se résumaient à une seule et unique alternative aux deux options pareillement coûteuses : ski ou plage à l’autre bout du monde. Désormais, les offres se multiplient et permettent à toutes les bourses de s’offrir une coupure bien méritée lorsque le mercure s’acoquine avec le zéro. On a connu le last minute, le all inclusive, en 2014 on revient à des concepts plus simples mais tout aussi efficaces et qui ne nécessitent même pas de faire appel à la langue de Shakespeare pour les désigner : le partage et le tourisme de proximité.

L’important c’est le trajet…

« L’important c’est le trajet pas la destination  » a-t-on coutume de dire et c’est particulièrement vrai pour des vacances de courtes durée comme celles d’hiver. Paris-Bangkok … via Johannesburg et Moscou… Les sites internet de réservation de billets n’hésitent pas à inviter le voyageur à passer deux voire trois jours dans les aéroports internationaux contre cinq ou six à destination. Certes, certains montages ubuesques vous feront économiser quelques euros mais les vols longue distance entrecoupés auront surtout pour effet d’entamer votre séjour de moitié et de vous faire revenir de vacances plus fatigués que vous ne l’étiez en partant.

Préférez les destinations proches ou facilement accessibles. Vous éviterez en plus les inconvénients du décalage horaire fatiguant lorsqu’on ne part qu’une semaine ou deux. Pour rendre le voyage à la fois plus convivial, plus écologique et plus économique, pensez au covoiturage que vous soyez passager ou conducteur. Le trajet sera alors l’occasion de faire des rencontres, d’échanger des bonnes idées d’activités sur votre destination… Enfin, pour vraiment faire de votre trajet l’élément phare de vos vacances pourquoi ne pas embarquer à bord d’un train. De nombreux voyagistes ont rénové les trains mythiques comme le Transsibérien ou l’Orient-Express. Le budget est conséquent mais à ce prix, vous vous offrirez un voyage dans le temps autant que dans l’espace. Bien au chaud dans des wagon-lits extrêmement luxueux vous pourrez par exemple parcourir la steppe russe jusqu’en Mongolie et admirer lacs gelés et paysages enneigés.

Ski ou… ?

Le premier réflexe lorsque l’on planifie ses vacances d’hiver, c’est le de penser au ski. Il est vrai que la France est l’un des pays les mieux équipés en matière de stations de sport d’hiver. Les communes ont largement diversifié leur offre et permettent désormais à ceux qui ne sont pas adeptes de la glisse de pratiquer d’autres activités plus ou moins sportives : randonnées en raquette, piscine découverte chauffée, ballade avec des chiens de traineau, SPA. Mais pour mériter la première descente de piste, la raclette et le vin chaud, mieux vaut si prendre très à l’avance. Les réservations des trains comme des logements dans les stations de sport d’hiver sont prises d’assaut dès le début du mois de septembre et la location pour une semaine du moindre studio au pied des pistes coûte souvent plus cher qu’un mois de loyer habituel. Pour réduire les coûts, vous pouvez penser comme nous l’avons vu à la solution du covoiturage ou alors envisager de partir hors-saison.

« C’est le silence qui se remarque le plus, les volets roulant tous descendus. De l’herbe ancienne dans les bacs à fleurs sur les balcons… On doit être hors-saison  ». Faites mentir la chanson de Cabrel et partez découvrir la richesse des régions françaises hors-saison. Vous trouverez des nombreuses offres de locations à prix très réduits en bord de mer ou dans les campagnes. C’est aussi la période où les restaurateurs sont moins débordés, vous en serez d’autant mieux accueillis. A vous donc les longues balades sur la plage face à une mer déchaînée suivie pour se réconforter d’un magnifique plateau de fruits de mer. Il est également possible d’échanger sa maison en passant par l’un des nombreux sites qui proposent de mettre en relation des particuliers. Outre une réduction des coûts, le système permet de se retrouver comme chez soi à l’autre bout du pays. Même si les mauvaises surprises sont rares, les intermédiaires proposent en général une assurance.

Du partage au bénévolat

Partager sa voiture, partager sa maison, … outre l’idée de proximité, on le voit les vacances sont de plus en plus placées sous le signe de la consommation collaborative. Mais cette nouvelle façon d’utiliser les richesses sous utilisées ne s’arrête plus au partage de biens. Aujourd’hui, chacun donne de sa personne. Vous pouvez par exemple être accueilli localement par des habitants de la région prêts à vous faire découvrir gratuitement ou contre une faible rémunération les secrets de leur ville. Plusieurs associations existent, comme les Greeters, qui mettent en relation des particuliers.

Pour aller encore plus loin dans l’expérience du partage, vous pouvez également profiter de vos vacances pour faire du bénévolat. De nombreuses associations sont à la recherche de volontaires pour les aider ponctuellement et ce même pour une semaine. Les conditions sont variables d’un projet à l’autre mais vous serez souvent hébergé et nourri gratuitement en l’échange de votre implication.

Les vacances à la maison

Enfin, comble des vacances de proximité, le concept de staycation ou vacances à la maison est apparu outre-atlantique et fait de plus en plus d’émules en France. Lassés de rentrer de vacances aussi vidés que leur porte-monnaie, de plus en plus de salariés décident de « poser quelques jours » uniquement pour se reposer et profiter de leur région. En France, l’idée se propage rapidement facilités par l’existence des R.T.T.. Pas de valise, pas d’organisation, pas d’embouteillage. On profite alors de l’occasion pour redécouvrir sa région comme un touriste. Car en effet, il n’est ni question d’hiberner, ni de remplir son temps libre par d’interminables listes de tâches rébarbatives à accomplir. On change ses habitudes et on évite de reproduire les schémas des coutumes du week-end. On essaie enfin le resto devant lequel on passe tous les jours en se disant qu’il serait bon de l’essayer un jour sans jamais pour autant en franchir le seuil, on va visiter les musées de la région, on se ballade en levant la tête pour découvrir les architectures, on essaie le stage de yoga de la ville d’à côté ou on demande à sa voisine de nous apprendre la recette de sa fameuse terrine de lapin en 12h.

Pour rendre l’expérience un peu plus exotique, on pense par exemple à accueillir les correspondants étrangers des enfants, qui profiteront de ce temps pour pratiquer les langues de façon plus ludique. Et comme les échanges culturels ne sont pas réservés aux enfants, on se replonge nous même dans nos années lycées en proposant notre canapé à des voyageurs étrangers sur un site comme couchsurfing qui met en relation des voyageurs venus du monde entier.

Bonnes vacances !

Sarah-Louise Gervais
Partager cet article sur vos réseaux sociaux :