Réaliser une transaction en or. Par Johanna Leplanois

L’or est un métal rare et précieux possédant des propriétés uniques. Il représente le symbole de la richesse à travers le monde, ce qui attire les convoitises. Comme l’a écrit Jean Rotrou dans Antigone, « L’or est un charme étrange, un métal précieux, Qui corrompt toute chose et tenterait les dieux ».

Facile à acheter, à vendre et à conserver, l’or s’échange sur l’un des marchés les plus grands et les plus liquides au monde. En tant que valeur refuge, l’or est un investissement peu risqué mais encore faut-il savoir dans quels produits investir et dans quelles conditions le vendre.

1. L’or, une valeur refuge

Avant d’investir dans l’or, il est important de comprendre les caractéristiques de cette valeur refuge afin de mettre en place une stratégie d’investissement ou de vente réfléchie.

Focus sur les dates clefs des cycles aurifères :

Tout d’abord, il faut savoir que le cours de l’or a tendance à évoluer à l’inverse du cours boursier. En effet, cela se vérifie lorsqu’on étudie l’histoire du cours de l’or.

Dans les années 1970, le cours des marchés boursiers s’inscrit dans une tendance de baisse alors que l’or évolue à la hausse. Le choc pétrolier de 1973 et les pressions inflationnistes ont accentué ce mouvement en propulsant l’or à des niveaux records alors que le marché d’actions s’écroulait. En raison de la corrélation inverse existant entre le cours de l’or et celui de actions, à partir de 1981, la remontée durable des bourses s’accompagne d’une longue période de baisse pour l’or ce qui le pousse a être assimilé à n’importe quelle matière première et à perdre momentanément la suprématie qui le caractérisait à la fin des années 1990.

L’année 2001 met fin à cette tendance en marquant le point de départ de la tendance haussière de l’or jusqu’à nos jours, même si celle-ci s’est réalisée par à-coups. Alors que l’éclatement de la bulle des valeurs technologiques a conduit les bourses dans des marchés baissiers de long terme, le cours de l’or continue de monter, battant des records en dépassant pour la première fois la barre des 1900 dollars l’once (23 août 2011).


Explication de la tendance haussière actuelle :

Les analystes attribuent la hausse du cours de l’or à plusieurs facteurs qui rendent de nos jours la conjoncture favorable à ce métal.
L’augmentation de la demande à laquelle la production ne peut faire face est un des facteurs de hausse du cours, d’autant plus qu’il faut environ 10 ans pour extraire ce métal précieux. Ce facteur est amplifié par l’intérêt récent que portent les pays asiatiques à ce métal. La Chine est actuellement le deuxième consommateur d’or dans le monde.
En outre, la faillite des Etats influence aussi le cours de l’or. Comme nous le précise Jean-Pierre Farruch, Directeur Général de la Compagnie Nationale de l’Or, « beaucoup de pays sont obligés de vendre leurs stocks d’or en raison de leurs difficultés économiques et les pays émergents ne cessent de vouloir en acheter, ce qui fait grimper le prix du marché. Plus il y a de soucis dans l’économie mondiale, plus le cours de l’or se porte bien. »

Investir dans l’or est un moyen très efficace pour protéger son capital contre les risques économiques et boursiers et pour le faire prospérer.

L’or est à priori un meilleur investissement que les actions parce qu’il fonctionne comme une assurance contre le risque, la faillite des Etats, et les crashs des financiers. Jean-Pierre Farruch indique que « durant les dix dernières années, il y a eu des baisses et des hausses mais, dans l’ensemble, le cours de l’or a augmenté de 500%. Il faut relever que lorsqu’il y a eu des crashs boursiers, l’or n’a jamais baissé de façon spectaculaire ».

2. Quelques règles pour investir dans l’or ou le vendre.

Investir dans l’or :

Savoir que l’or est une source d’investissement intéressant ne suffit pas à effectuer un bon placement, il faut en plus déterminer le produit dans lequel il faut investir.

En effet, l’or existe sous de nombreuses formes : les pièces, les barres, les lingots, les certificats sur l’or, les actions minières, les actions des compagnies de prospection, les produits financiers dérivés, les titres sur lingots, les fonds d’investissement avant-gardiste dont les gestionnaires se concentrent sur l’étude du marché de l’or. Tous ces produits peuvent être regroupés en deux catégories qui sont l’or physique et l’or papier ou Internet.

Selon Jean-Pierre Farruch, « l’or papier est moins fiable que l’or physique, il suffit de regarder l’histoire pour valider ce postulat. L’or métal est plus sûr, quoiqu’il arrive. Le fait qu’il soit matérialisable permet de le garder avec soi. Ainsi, même si son cours baisse, celui-ci vaudra toujours quelque chose. »

Devant la diversité de l’offre, il n’est pas facile de s’y retrouver. C’est pourquoi, il est important de savoir s’entourer de professionnels compétents afin de ne pas investir de n’importe quelle manière. Jean-Pierre Farruch nous dispense quelques conseils. « Il est souhaitable de faire appel à un expert spécialisé pour réaliser un investissement en or. En effet, grâce à ses compétences, celui-ci saura adapter l’offre en fonction du volume d’épargne à moyen/long terme et des souhaits du client. Afin que l’opération se réalise en toute pérennité, l’expert prendra en compte la somme à investir et les besoins potentiels et futurs des clients, peu importe la taille de leur portefeuille. Par exemple, une personne qui souhaite investir la somme de 40 000 euros sera orientée vers quelques lingotins et quelques pièces et non vers un seul lingot puisque dans la vie tout peut arriver. Ainsi, la personne pourra revendre un produit pour faire face à un imprévu et ne sera pas obligée de revendre tout son investissement en raison de la liquidité plus importante des pièces ».

Il faut noter que pour bénéficier d’une défiscalisation, à terme, l’investisseur devra veiller à ce que les pièces soient livrées sous scellé numéroté avec une facture mentionnant le numéro de chaque pièce. Fiscalement, le principe est celui d’une taxe forfaitaire de 8% sur le produit de la vente mais l’investisseur peut opter pour le régime des plus-values réelles dès lors qu’il peut justifier du prix et de la date d’acquisition de ses pièces ou lingots. Il est donc important que ces deux conditions soient réunies pour que l’investisseur puisse défiscaliser de 8% sur 12 ans son investissement.

En pratique, il est aisé de justifier la date d’acquisition d’un lingot numéroté à l’aide d’une simple facture ce qui n’est pas le cas des pièces qui sont interchangeables. Préférez acquérir l’or physique auprès d’organismes professionnels, qui proposent des pièces d’or en étuis scellés et numérotés, avec une facture détaillée et faites attention lors d’acquisition auprès d’établissements bancaires. En effet, la conservation sous sachet scellé n’est pas toujours suffisante et elle ne permettra pas dans tous les cas de fournir les justificatifs demandés par une administration de plus en plus exigeante.

Enfin, les investisseurs qui souhaitent investir dans l’or physique sans le garder avec eux peuvent le stocker dans des coffres au sein de banque ou au sein des organismes de vente et d’achat d’or. Le taux de couverture de coffre proposé par les banques est généralement inférieur à celui établi par les organismes de vente et d’achat d’or qui peut monter jusqu’à 100%.

Même si l’or est un investissement sûr, l’absence de risque n’existe pas. Ainsi, investir uniquement dans l’or ne serait pas un bon choix car à l’instar de tout autre investissement, il est bon de diversifier son portefeuille.

Revendre l’or :

Parfois, les personnes ne souhaitent pas investir dans l’or mais désirent plutôt le revendre. Ainsi, se pose la question du rachat d’or.

Bijoux, accessoires, pièces, les objets pouvant être rachetés sont nombreux. Cette opération revêt plusieurs intérêts. D’une part, le rachat d’or est une source de liquidité immédiate pour le vendeur qui récupère rapidement de l’argent en cash, dans la limite des plafonds imposés par la loi. De plus, il faut noter qu’en raison du cours de l’or actuel et de la conjoncture extrêmement favorable, vendre de l’or permet d’engranger des plus-values notables, notamment pour les investisseurs détenant de l’or depuis une période importante. D’autre part, c’est un moyen rapide et financièrement intéressant de se débarrasser des objets en or que l’on ne veut plus parce qu’ils sont cassés, abimés où qu’ils sont synonymes de mauvais souvenirs.

Beaucoup d’organismes se sont spécialisés dans le rachat d’or. Ils mettent à la disposition des personnes souhaitant revendre leur or, des professionnels compétents pour expertiser la valeur des objets à la suite d’un envoi par voie postale, soit d’une remise en main propre. Pour cela, un test chimique sur le métal est effectué afin de s’assurer du titre du métal et de son poids afin d’en déterminer précisément son prix en fonction du cours de l’or du jour.

Dans le cadre des successions, les notaires font de plus en plus appel à des compagnies d’achat d’or en établissant au préalable un appel d’offre. Jean-Pierre Farruch nous explique le déroulement de cette procédure. « Nous nous déplaçons sur place au lieu de la succession avec notre expert pour contrôler le métal et évaluer la valeur que représentent les biens soumis. Une fois déterminée, nous effectuons le virement de la somme en temps réel chez le notaire. Nous repartons ensuite avec le métal. »

Rapide et efficace, l’intervention d’un organisme de rachat d’or permet de ne pas ralentir la liquidation et le partage du patrimoine du défunt dans le cadre de la succession.

L’or attire les convoitises. C’est pourquoi, il est préférable de s’adresser à des professionnels compétents afin de réaliser une opération de vente ou d’achat en toute sécurité.

Par Johanna Leplanois,
La Rédaction du Village des Notaires


Cet article a été publié dans le Journal du Village des Notaires n°24.

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :