Les outils électroniques au service de l’immobilier notarial. Par Alain Lepors

Dans leur démarche immobilière, les notaires ont à leur disposition toute la palette des outils destinés à étendre la publicité des mises en vente ou en location. Journaux, sites Internet spécialisés judicieusement sélectionnés pour leur sérieux et, bien sûr, partie immobilière du site particulier, s’il existe, de l’office concerné. Plus la publicité est large et plus la performance du notaire face au vendeur ou au loueur sera réelle et appréciée. Le notaire a tout intérêt à développer une stratégie résolument offensive. Si les supports « papier » conservent leur intérêt, il n’est plus possible aujourd’hui de faire l’impasse sur les sites d’annonces immobilières qui sont, souvent, la déclinaison électronique de publications « papier », les offres sont souvent couplées, papier et électronique.

Les notaires ont d’ailleurs crée eux mêmes plusieurs sites spécialisés et des revues d’annonces distribuées gracieusement et massivement, de la même façon que les journaux gratuits. Le notaire peut aussi et, pourrait-on dire aujourd’hui, doit avoir son propre site internet immobilier dédié aux offres de son office. C’est là, souvent, une extension offerte par les sociétés de services informatiques qui ont élaboré des logiciels de négociation performants. Ce volet immobilier vient aisément se joindre au logiciel de gestion générale de l’office. La migration du dossier de négociation vers le site internet est alors très facile. Les annonces mises en ligne sont issues de dossiers intégrés dans le logiciel de négociation utilisé par les collaborateurs spécialisés de l’office.

Le logiciel de négociation immobilière que peut utiliser votre notaire a un autre but que la publicité elle-même. C’est un instrument qui lui permet de gérer son portefeuille de biens mis à la vente ou à la location. Un bon logiciel de négociation permet de présenter le bien dans tous ses détails, d’organiser l’agenda de visites, d’intégrer les photos éventuelles, de tenir à jour la liste de tous les diagnostics obligatoires, d’imprimer des affichettes etc. Ces logiciels ont aussi une grande utilité pour l’estimation objective de la valeur d’un bien, que ce soit à la vente ou à la location. Des critères précis sont pris en compte par ces logiciels : situation du bien et environnement, valeur moyenne du quartier, facilités d’accès par les transports en commun, proximité des commerces et des établissements scolaires etc. Le développement de l’informatique nomade offre de plus en plus de matériels pratiques pour les vendeurs. L’invasion des tablettes permet au négociateur d’avoir en permanence avec lui la totalité des annonces de l’office mises à jour en temps réel. Matériels et logiciels forment ainsi une chaîne complète et performante au service d’une information pertinente de l’acheteur potentiel ce qui est un élément parfois décisif dans la rapidité de la prise de décision de celui-ci. Subséquemment, il ne faut pas négliger le problème du référencement sur les moteurs de recherche les plus utilisés. La croissance du nombre de sites dédiés à l’immobilier implique que le référencement soit satisfaisant. Apparaître en bonne place à l’écran se gère. Cela a un coût et justifie de confier cet aspect de la visibilité en ligne à un spécialiste qui, souvent, est le même que celui auquel on confie la création et la construction du site de l’office.

Tous ces outils, dont certains très techniques, conservent dans la perspective de la préparation de la VNI (Vente Notariale Interactive) toute leur utilité. La VNI est un processus nouveau de conduite d’une vente. Les notaires vivent avec leur siècle et se sont investis résolument dans la maitrise de l’outil Internet. La totalité de la procédure de VNI se déroule sous le contrôle du notaire. L’objectif est de réaliser un bien immobilier en 45 jours, à un prix juste et satisfaisant pour le vendeur et pour l’acheteur.

La VNI se déploie en cinq étapes parfaitement sécurisées. D’abord, expertise du bien mis à la vente puis, dûment mandaté, le notaire passe à la deuxième étape et se charge de la mise en ligne du bien et de la publicité avec photos, descriptif, dates et horaires de visite, date et horaire de la vente sur le site dédié (www.immobilier.notaires.fr) . Tous les documents obligatoires ou simplement utiles sont également mis en ligne pour une information complète des acheteurs potentiels. La troisième étape est celle des visites qui se déroulent sur une période de trois à quatre semaines en général. A l’issu de chaque visite, le notaire fait signer à chaque acquéreur potentiel un document qui contient une demande d’agrément par laquelle le signataire reconnaît avoir pris connaissance des conditions particulières de la vente selon la procédure VNI. La quatrième phase est celle de la vente en ligne qui débute à la date et à l’heure convenues entre le vendeur et le notaire. Elle dure quarante huit heures. Seules sont autorisée à participer les personnes ayant reçu l’agrément électronique du notaire. Les offres apparaissent en temps réel sur la salle des ventes en ligne sur le site. Lorsque la vente est close, le vendeur est en possession de toutes les offres. Il peut alors choisir celle qui lui convient et ce n’est pas obligatoirement la plus chère car la VNI n’est pas une vente aux enchères..

C’est ainsi que les notaires ont à leur disposition, année après année, une panoplie d’instruments en réseau de plus en plus performants. L’objectif ultime, dans la perspective essentielle de l’intérêt du client, est d’atteindre l’optimisation du délai de réalisation, de l’estimation fiable de la valeur du bien, de l’information la meilleure et la plus complète des parties. Pour cela, il est une règle à laquelle personne n’échappe : le traitement électronique de l’immobilier notarial repose sur une chaîne reliant des éléments divers. La solidité, donc la performance de cette chaîne, est égale à celle de l’élément le plus faible ; C’est la raison pour laquelle chacun de ces éléments doit faire l’objet de la plus grande attention. Cela justifie l’appel systématique aux professionnels les plus reconnus, ceux qui allient compétence technique et expérience de l’ingénierie informatique notariale.

Par Alain Lepors

Cet article a été publié dans le Journal du Village des Notaires n°19.

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :