Le stage, etape majeure et ultime de la formation des métiers du notariat, par Alain Lepors

Vous savez que votre notaire est un spécialiste du droit, qu’il est un juriste diplômé. Mais vous ignorez peut être que cette compétence juridique, pour s’exprimer et lui permettre de devenir notaire ou collaborateur exige une ultime étape, celle su stage.

Après avoir reçu une formation juridique solide, l’étudiant en droit qui choisit la voie du notariat s’engage dans une spécialisation qui fait toute sa place à la transmission de l’expérience. C’est dans cet esprit qu’est conçu le stage professionnel qui permettra au futur notaire de recevoir l’essence d’une fonction pétrie de tradition et chargée d’histoire mais toujours confrontée aux changements constants de la société. C’est dans cet esprit que le Conseil d’administration du Centre National de l’Enseignement Professionnel Notarial, par délibération du 18 octobre 2006, a adopté le texte d’une convention type de stage qui se substitue au Guide du Maître de Stage dont la rédaction avait été arrêtée par délibération du 10 juin 1994.
Le notaire joue ici le rôle essentiel de maître de stage. Cela implique son engagement réel et concret auprès du stagiaire afin de lui assurer une formation de haut niveau.

Pour sa part, le stagiaire est soumis à des obligations précises dès lors qu’il participe à l’activité professionnelle du notaire. Il doit, bien sûr, être respectueux des règles déontologiques. « Notamment, indique la convention, il s’oblige au secret professionnel et aux règles de confidentialité, et doit faire preuve de conscience professionnelle dans l’exécution des tâches qui lui sont confiées dans le respect de l’éthique de la profession. ».

Sous l’autorité du Centre National de l’Enseignement Professionnel Notarial, les établissements d’enseignement formateur organisent les formations et contrôlent les stages. La convention codifie précisément la relation entre le notaire et son stagiaire. Elle énonce les règles qui doivent permettre au stagiaire de devenir un notaire ou un collaborateur spécialisé compétent.
Ainsi, « le notaire maître de stage transmet au stagiaire les valeurs fondamentales du notariat, notamment au regard de la déontologie et de l’éthique notariales. Il doit exercer personnellement ce rôle. Il peut toutefois le déléguer pour partie à un notaire assistant.
Le notaire maître de stage laisse au stagiaire le temps nécessaire pour suivre l’intégralité de l’enseignement qui lui est dispensé par l’organisme de formation. Le temps ainsi accordé s’impute uniquement sur les heures de travail et en aucun cas sur les congés ou les réductions du temps de travail (RTT) ».

Le notaire maître de stage confie au stagiaire des dossiers d’une difficulté et d’une complexité croissante, en accord avec le programme d’enseignement du stagiaire. Il veille à ce que les collaborateurs de l’office apportent au stagiaire toute l’aide et les conseils dont il peut avoir besoin. Il fait évoluer le stagiaire dans tous les postes de travail au sein de l’office, en ayant soin de lui permettre d’acquérir une formation aussi complète que possible, se rapportant à tous les domaines exercés dans ledit office, en ce compris les formalités, la taxe et la comptabilité. Lorsqu’elles sont pratiquées au sein de l’office, il autorise le stagiaire à assister à des évaluations ou à des expertises de fonds de commerce ou d’immeubles, à des inventaires et prisées de meubles meublants, ou encore à des adjudications.

Le notaire maître de stage permet aussi au stagiaire de suivre ou de participer à des rendez-vous ou des entretiens avec la clientèle, dans le respect des règles de confidentialité.

Le notaire maître de stage apporte son concours à la tenue du livret de stage.

Le notaire maître de stage permet au stagiaire d’accéder sans restriction à toute la documentation de l’office. A cet effet, le stagiaire pourra utiliser l’ensemble des bases de données informatiques accessibles.

Cet article a été publié dans le Journal du Village des Notaires n°9

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :