La jeunesse dans la crise : quelles perspectives professionnelles pour les futurs notaires ?

Un horizon voilé. Le marché de l’emploi est en difficulté depuis le début de la crise du coronavirus, et les statistiques prévisionnelles s’avèrent plutôt pessimistes. Pour la jeunesse, les débouchés professionnels sont de moins en moins garantis, alors que le monde de l’entreprise se transforme. Le notariat est également concerné et il est de son devoir de répondre à l’appel des prochaines générations.

Le malaise dans les relations au travail s’est installé depuis le début de l’épidémie. Les salariés en poste actuellement ressentent une pression accrue et un rapport à leurs collègues parfois dégradé. Le télétravail joue un rôle dans cette dégradation du rapport à l’autre à cause d’un isolement social et professionnel des praticiens de tous secteurs confondus.

Le moral a donc été touché, et les jeunes souffrent particulièrement. S’agit-il d’une « génération covid » ? La question se pose puisque les conditions d’étude et de vie de très nombreux adolescents comme jeunes adultes ont été dégradées, avec des répercussions sur leur état mental (dépression, pensées suicidaires, etc.).

Par ailleurs, à l’université, il a fallu s’adapter et les professeurs ont dû transformer leurs cours pour répondre à la nouvelle configuration pédagogique du full digital. Néanmoins, cette nouvelle configuration insuffle de l’optimisme sur ce que retirent de cette expérience les étudiants : ils ont gagné en autonomie et ont développé des connaissances autour des outils numériques. Autant de soft skills qui prennent de plus en plus de valeur dans le milieu professionnel.

Globalement, cette crise a eu un fort impact économique et managérial. Le monde de l’entreprise doit écouter les attentes des jeunes et profiter de cet événement exceptionnel pour faire évoluer ses pratiques. Beaucoup de salariés et de managers se sont remis en question pour s’interroger sur le sens de leur travail, sur les valeurs qu’ils défendent au travers de leur entreprise. Dans le notariat, cette interrogation prend corps également : le prochain Congrès du Mouvement Jeune Notariat a centré son événement sur « Le bonheur au travail : mythe ou réalité ? » Et parmi les valeurs qui montent, on trouve la « Raison d’être » de l’entreprise dont nous parlions en détails dans le précédent numéro du Journal du Village des notaires.

L’article complet « Face à la crise et pour la jeunesse : se renouveler », écrit par Simon Brenot, est à retrouver en p.6 du Journal du Village des notaires n°87.

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :