La carte de vœux : un outil de communication efficace.

L’automne est la période de l’année où les études se doivent de réfléchir à la réalisation de leurs cartes de vœux afin qu’elles puissent être distribuées à partir de fin décembre. Sa confection représente l’occasion, pour l’office notariale, de se rapprocher de sa clientèle. Le bénéfice de cet outil de communication est double pour le notaire : il lui permet d’accentuer sa stratégie de développement mais aussi de souligner sa différence grâce à sa philosophie, son histoire et ses convictions.

Nous vous proposons, dans les lignes qui suivent, quelques conseils afin que votre carte de vœux soit une réussite.

Quel style adopter ?

Le style de la carte peut varier selon la finalité recherchée. Il n’est pas rare que la carte de vœux permette de rappeler le domaine de prédilection du notaire comme l’urbanisme, l’immobilier ou la famille ou encore de souligner l’engagement de l’étude face aux problèmes sociaux ou écologiques. Dans ce cas, l’office peut envoyer une carte réalisée par une institution tel que l’UNESCO ou par des fondations comme l’Institut Pasteur. Attention toutefois à ne pas utiliser la carte de vœux associative comme une facilité, dans un élan opportuniste pour « s’acheter » une vertu : cela peut se remarquer et nuire à l’image de la structure.

L’office peut aussi nouer une certaine complicité avec sa clientèle en choisissant par exemple un thème artistique laissant transparaître une émotion et permettant ainsi de faire connaître un goût ou une vision. Il s’agit ici d’une opportunité pour le notaire de dire à son client qu’il partage avec lui la même culture.
L’étude peut aussi présenter son équipe en la mettant en scène au sein de la carte de vœux.

Quel contenu prévoir ?

Il faut faire apparaître les coordonnées de l’étude, son logo, éventuellement le nom des associés si on veut accentuer le caractère intuitu personae.
Par ailleurs, la carte est avant tout un acte généreux, gratuit et non commercial. Il est donc fortement déconseillé d’y ajouter tout autre type de message lié à l’offre de l’étude comme l’arrivée d’un nouvel associé. La conception d’une carte de vœux est un acte qui se veut désintéressé et déconnecté de l’univers mercantile.

Est-il sérieux de constituer des cartes de vœux décalées ?

Dès lors que la carte de vœux correspond fait ressortir les valeurs, la culture de l’étude, son côté décalé n’a pas de conséquence négative.
L’intérêt étant ici alors de surprendre, de se distinguer. Cet exercice est difficile, et toutes les méthodes sont les bienvenues, à condition de respecter la dignité de la profession et de donner un sens à la carte par le message diffusé.

Quelle forme choisir ?

L’étude peut se distinguer grâce à la forme adoptée lors de la confection de la carte de vœux. Celle-ci peut aussi revêtir un caractère utile en se présentant, par exemple, sous forme, d’un marque page, de calendrier ou artistique si elle est conçue de façon originale (collage, peinture,…)

Le choix de la couleur est aussi un élément capital. Il est indispensable que la carte soit en harmonie avec l’identité graphique de l’étude (sa charte graphique, la couleur prédominante des locaux,…) pour créer une uniformité. Le destinataire, en ouvrant l’enveloppe, doit être capable de reconnaître d’emblée l’empreinte de l’étude.

Enfin, pour que le client puisse faire tenir sa carte verticalement et véhiculer le nom de l’étude, le papier de la carte doit être épais. Les associés sensibles à l’environnement peuvent opter pour un papier recyclable.

Support papier ou numérique ?

La carte papier traditionnelle présente l’avantage d’être conservée sur la durée, de pouvoir être exposée, surtout si elle est originale dans sa présentation. Elle octroie une personnalisation unique, un message adapté à chaque destinataire, la possibilité d’une signature de la part de tous les membres de l’étude et donc le renforcement de la notion de service.

Ces avantages ont bien évidemment leurs inconvénients dont le principal est le coût : frais incompressibles de création artistique, papier, impression et quantité souhaitée, enveloppes et frais d’envoi.

La carte numérique présente aussi des avantages : elle permet une diffusion collective avec une économie de temps et de moyens, elle offre une interactivité inégalée avec la possibilité d’inclure des animations, l’identité sonore de l’étude, par exemple...autant d’éléments qui permettront, ici aussi de surprendre et de se démarquer. La carte électronique pourra aussi être utilisée pour les études qui souhaitent souligner leur engagement écologique (sauvegarde de la planète et développement durable), dans la mesure où elle évite l’utilisation de papier.

A quel moment s’en occuper ?

Les cartes devant être distribuées en décembre-janvier, sa confection doit être étudiée dès le début du dernier trimestre. Il est donc essentiel de ne pas s’y prendre au dernier moment car cela peut nuire à la qualité de la création et d’impression. De plus, en décembre, les imprimeurs sont débordés et ferment souvent pendant les fêtes. Les délais de livraison des cartes papier sont alors plus longs et parfois la qualité s’en ressent.

A qui envoyer la carte de vœux ?

La carte de vœux sera envoyée par chaque notaire à ses clients mais également aux anciens clients, aux contacts divers (prospects, partenaires), aux journalistes, aux prestataires de services, ... L’intérêt étant de faire circuler le nom de l’étude.

La carte de vœux est donc un formidable outil relationnel, tout en filtrant avec le marketing direct. Il s’agit là de sa subtilité : avoir un style désintéressé, tout en mettant en valeur son offre de prestations de services.

Rédaction du Village des Notaires
Partager cet article sur vos réseaux sociaux :