L’emploi au sein des études notariales. Par Johanna Leplanois

Le notariat regroupe tout un ensemble de professionnels. Bien sûr, le notaire est le plus connu et est au centre de cette profession mais d’autres acteurs sont tout aussi importants tels que le collaborateur de notaire, l’assistant juridique, le formaliste, le juriste, le comptable-taxeur… Chacun possède un rôle déterminé au sein de l’office et participe à son bon fonctionnement.

Les professionnels du notariat ont une mission fondamentale principalement en matière familiale, patrimoniale ou entrepreneuriale puisqu’ils permettent à leurs clients de réaliser l’ensemble des opérations nécessaires en toute sécurité. Ainsi, il est important que l’office soit au complet pour assurer pleinement sa mission et que son travail ne soit pas entravé par des considérations d’absence de personnel. Etant donné la croissance de la profession, le besoin de personnel est constant (I). Il convient donc de découvrir les tendances récentes du recrutement dans le notariat qui se révèlent être des pistes à suivre pour un recrutement réussi (II).

I. Le notariat, une profession en expansion

Le notariat est un secteur d’activité qui ne cesse d‘évoluer. L’étude comparée des statistiques publiées par le Conseil Supérieur du Notariat au 1er juillet 2010 et au 1er mai 2011 en atteste.

Statistiques au 01/07/2010 Statistiques au 01/05/2011
Nombre de notaires 9002 dont 6566 exerçant sous la forme associée au sein de 2779 sociétés 9132 dont 6666 exerçant sous la forme associée au sein de 2822 sociétés
Salariés travaillant dans les offices 44500 47000
Personnes travaillant dans les offices 53502 56192
Offices 4534 offices
1317 bureaux annexes soit 5851 points de réception clientèle
4564 offices
1322 bureaux annexes soit 5886 points de réception clientèle

Source des données statistiques : site du Conseil Supérieur du Notariat - http://www.notaires.fr/notaires/le-notariat-en-chiffres

Ces données confirment l’importance croissante du notariat dans la vie économique du pays puisque sur une période inférieure à une année, le nombre de personnes travaillant dans les offices a augmenté d’environ 5% . Dans le même temps, au sein de ces 5%, le nombre de notaires n’a augmenté que de 1,4% alors que le nombre de salarié a évolué de 5,6% .
Ainsi, alors même que la crise économique et financière continue de faire l’actualité, le nombre d’emploi dans le notariat ne cesse de croître.

Outre le nombre croissant d’emploi, l’expansion de la profession s’explique aussi par l’ouverture des conditions d’accès à la profession de notaire. Récemment, le droit communautaire rappelle à l’ordre plusieurs Etats et notamment la France par plusieurs arrêts de la Cour de Justice de l’Union Européenne en date du 24 mai 2011 [1] . La Cour a estimé « qu’en imposant une condition de nationalité pour l’accès à la profession de notaire, la République Française a manqué aux obligations qui lui incombent en vertu de l’article 43 TCE ». Ainsi, par cet arrêt, un citoyen européen peut désormais postuler à la fonction de notaire en France à la condition de posséder les compétences nécessaires et d’être soumis aux mêmes exigences que les notaires français.

Néanmoins, tout en admettant la suppression de la condition de nationalité dans l’accès à la profession de notaire, la Cour reconnaît que « les activités notariales poursuivent des objectifs d’intérêt général », ce qui « permet de justifier » les « procédures de recrutement, la limitation de leur nombre et de leurs compétences territoriales ou encore leurs règles de rémunération, d’indépendance, d’incompatibilités et d’inamovibilité ». La portée de cet arrêt est donc à relativiser. Au regard des spécificités fondamentales qui caractérisent l’activité des notaires français, l’accès à la profession de notaire reste strictement encadrée.

II. Les tendances récentes du recrutement dans le notariat

Même si l’usage a souvent voulu que les notaires recherchent eux-mêmes leur personnel, cette pratique à de nos jours tendance à évoluer. Les notaires n’ont souvent que très peu de temps à consacrer au recrutement et pourtant les compétences et qualités que doit posséder le futur collaborateur sont précisément définies. Difficile alors de concilier l’impératif de rapidité du recrutement et celui d’efficacité sans l’aide de tierces personnes.

Les nouveaux outils internet :

Certes, avec le développement des nouvelles technologies et surtout des réseaux sociaux professionnels, il est désormais possible de rechercher des candidats sans effort. Par exemple, citons Viadeo et LinkedIn qui sont les réseaux les plus complets en matière de référencement des candidats. Ils sont incontournables et servent d’outils de base à de nombreux spécialistes en recrutement. Mais, il ne faut pas oublier que cette activité est terriblement chronophage.

De plus, il est aussi possible de déposer une annonce d’offre d’emploi sur un site internet tel que le Village de la Justice, le Village des Notaires ou par le portail intranet du site des notaires de France.

L’externalisation à des sociétés spécialisées en recrutement : [2]

Afin d’allier efficacité et rapidité, certains notaires externalisent une partie de leur recrutement à des cabinets de recrutement ou des sociétés d’intérim tant pour l’embauche d’associés, de notaires salariés, de notaires assistants que de clercs, de formalistes, d’assistants...Cette pratique est apparu récemment surtout dans les études de tailles importantes, c’est-à-dire de plus de 30 personnes.

Ainsi, des entreprises spécialisées sont apparues pour répondre au besoin de recrutement des notaires parce que, à l’instar d’autres recrutements dans des domaines très spécialisés, il est important de connaître et de comprendre les attentes et les exigences des études notariales pour sélectionner les meilleurs profils en adéquation avec les spécificités de chaque étude.

Les cabinets de recrutement spécialisés dans le notariat connaissent la tendance du marché en matière d’emploi. Ils sont donc très bien renseignés pour trouver les candidats idéaux.
De plus, les candidats dans le notariat ne savent pas toujours se présenter et peuvent rencontrer des soucis d’intégration. Conscients de ce problème, ils sont accompagnés en amont et en aval pour que le recrutement soit une réussite.

Lorsque le besoin de recrutement est temporaire, il est possible de faire appel à des sociétés d’intérim spécialisées dans les profils du notariat. Selon une procédure identique à celle applicable aux recrutements de personnes en contrat à durée indéterminée ou en contrat à durée déterminée, l’objectif de la société chargée du recrutement est de faire coïncider les attentes de l’offrant et du demandeur afin que la mission se déroule dans de bonnes conditions. Le contrat de mise à disposition, la déclaration préalable à l’embauche et les différents formalités obligatoires telles que les fiches de paie, les attestations Assedic, les certificats de travail, les visites médicales, les charges patronales…sont prises en charge par la société d’intérim.

L’apparition de nouveaux métiers au sein des études :

De nouveaux métiers apparaissent au sein des études notariales. Quand l’étude s’agrandit, il devient de plus en plus difficile de gérer le personnel et toutes les formalités qui accompagnent sa gestion telles que les paies, les congés… Cette mission, souvent confiée au comptable de l’étude, est de plus en plus importante et devient délicate à gérer dans un office en expansion.
A l’instar de ce qui se produit dans des grands cabinets d’avocats, la création de nouveaux postes est donc souvent envisagée afin de répondre aux nouveaux besoins. Il s’agit généralement d’un poste aux attributions assez larges tels que celui de directeur des ressources humaines ou de secrétaire général. Cette tendance récente concerne surtout les études notariales de plus de 50 personnes.

L’emploi dans le notariat est en expansion et les besoins de recrutement sont donc une réalité. Pour y faire face, plusieurs méthodes existent et il convient d’analyser calmement la situation pour adopter la plus adaptée.

Cet article a également été publié dans le numéro 28 du Journal du Village des Notaires.

Par Johanna Leplanois

Notes

[1Arrêts qui font suite à un recours un manquement introduit à l’encontre de six Etats car ceux-ci réservaient l’accès à la profession de notaire à leurs ressortissants. Affaires C-47/08 (Commission contre Belgique), C-50/08 (Commission contre France), C-51/08 (Commission contre Luxembourg), C-53/08 (Commission contre Autriche), C-61/08 (Commission contre Allemagne) et C-52/08 (Commission contre Grèce), disponibles sur le site CURIA

[2Une liste est proposée par le site du Village des Notaires à l’adresse suivante : http://www.village-notaires.com/Cabinets-de-recrutements

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :