Kipopluie

Kipopluie est une entreprise innovante spécialisée dans la récupération après filtration des eaux pluviales de toiture pour permettre aux collectivités locales, aux Entreprise de BTP, aux constructeurs de proposer à leurs clients 40 à 50% d’économie sur leurs dépenses en eau.

Ces eaux pluviales non potables sont dévolues aux eaux techniques (nettoyage, arrosage et toilettes). Nous proposons des solutions jusqu’à 500 m3 , dans le respect des réglementation et pour préserver notre ressource collective.
Notre démarche aujourd’hui d’entrepreneur est de permettre à chacun d’augmenter sa ressource en eau par la récupération des eaux pluviales de toiture et de limiter sa consommation par l’installation d’équipement hydro économe.

Rappel de la conjoncture :

Le prix de l’eau :
Un rappel de la situation s’impose, nous sommes dans notre conscient collectif dans une logique d’économie après avoir consommé à outrance ce bien précieux qu’est l’eau.
Aujourd’hui, l’eau augmente de 10% par an. Nous dépensions pour 50 m3 d’eau 78,50Ä en 1991, nous dépensons aujourd’hui deux fois plus soit près de 155.50Ä. Le prix du m2 était de 1,57Ä en 1971, il est aujourd’hui en moyenne à 3,11Ä et sera en 2011 à plus de 4Ä.

Son prix n’ira jamais à la baisse et la disparité géographique de celui-ci cré des injustices sociales indéniables.

La limitation des ruissellements :

Les contingences d’économie occultent les principales contraintes que génèrent les pluies toujours plus abondantes.
Nous souhaitons souligner ici de la nécessité de la limitation des ruissellements pour contenir les pointes de débit en sortie d’exutoires initiées par une urbanisation mal maîtrisée.
La loi sur l’eau de 2004 (loi 214.3 du code de l’environnement) Impose d’ailleurs tout à chacun d’infiltrer sur son fonds ou de limiter les évacuations des eaux pluviales entre 3 et 8l/s à l’hectare.
Nous voyons ici que économie s’associe aux nécessités de l’urbanisme et de notre développement humain.

La réglementation :

D’après le code 641 du code civile « tout propriétaire a le droit d’user et de disposer des eaux pluviales qui tombent sur son fond. » En conséquence, un propriétaire, particulier ou industriel, peut recueillir les eaux de pluie pour les utiliser pour différents usages sous réserve de ne pas causer de préjudice à autrui.
La question aujourd’hui se pose sur la position de nos organismes de santé publique sur le droit d’usage de ces eaux pluviales dans les toilettes. Une réticence est à noter faute de proposition technique probante qui démontre physiquement la non connexion du réseau eau potable au réseau eau non potable.

La solution normée :

Notre savoir faire et notre volonté de respecter les directives des organismes garants de notre santé publique nous permet aujourd’hui de proposer des appareillages à décharges libres pour une dis connexion géographique et mécanique des deux réseaux.
Ces solutions permettent dans le cas d’une déficience d’eau pluviale, le rechargement par l’eau du réseau dans une déverse libre. Nos produits sont tous normés et garanties EN1717 (norme NF P43-021)
La volonté collective de trouver de nouvelles ressources en matière d’énergie ne doit pas occulter la nécessité de préserver notre bien le plus précieux qui est l’eau. Nos études, notre savoir faire et notre expérience sur le domaine nous ont conduit à proposer des solutions de très grandes contenances pour stocker une pluviométrie plus abondante mais aussi plus rare.
Nos dernières installations ont permis, par exemple, pour l’arrosage d’un stade de passer de 2800m3/an à 800m3/an. Pour l’habitat individuel de réaliser des économies d’environ 43% sur le poste eau familial.

Les aides publiques :
Les Conseils Généraux et les Régions n’ont pas tardés à proposer des subventions et des aides aux collectivités locales pour soutenir l’idée innovante de récupérer les eaux pluviales.
Pour les particuliers, l’arrété du 4 mai 2007 (JO 5 mai 2007 page 8022) met en place un crédit d’impôt pour la récupération des eaux pluviales de 25% à concurrence de 8000€ pour une personne seule et de 16000Ä pour un couple (équipement et installation comprise).

La mise en application :

Les grands relais d’opinions et prescripteurs du bâtiment ont la possibilité aujourd’hui d’encourager et de prescrire systématiquement la récupération des eaux pluviales pour une économie individuelle et un engagement collectif à consommer moins.
Il s’agit pour nous entrepreneur d’y répondre en proposant des solutions de grandes capacités, fiables, règlementaires et rentables.
En s’éloignant de la théorie et des colloques toujours trop nombreux et loin des réalités pragmatique de terrain , nous proposons aujourd’hui des solutions sur étagères pour mettre en œuvre des solutions dites de développement durable rentable.

Jacques-Albert Roussel,
fondateur de KIPOPLUIE
www.kipopluie.com

Paru dans "La Revue des Notaires"

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :