Intelligence artificielle : faire de la jurimétrie un véritable outil au service du notaire.

Le numérique et les nouvelles technologies sont des sujets dans l’air du temps. Le Congrès des notaires 2021 dont la thématique portait sur « le numérique, l’Homme et le droit » s’est achevé samedi 25 septembre et envisageait les implications de la révolution numérique concernant le notariat.

L’intelligence artificielle fait partie de ces multiples promesses permises par la révolution numérique qui investissent la société toute entière et remodèlent nos moyens d’opérer. « Fait social total », le numérique, mais aussi l’intelligence artificielle, s’impliquent notamment dans le champ juridique, tout particulièrement via la simulation de décisions de justice au moyen d’algorithmes. C’est ce que l’on nomme la jurimétrie, que beaucoup connaissent encore sous le nom de « justice prédictive ».

La place de plus en plus importante prise par les nouvelles technologies et le numérique dans notre société, ainsi que les multiples alertes reçues concernant la disparition d’une part importante des métiers actuels, font craindre que des métiers juridiques en fassent également les frais.

En dépassionnant ce sujet, on se rend néanmoins compte que, plus qu’une peur irrationnelle, la jurimétrie est davantage un outil au service des professionnels qui savent s’en servir, qu’un moyen pour l’intelligence artificielle et les algorithmes de nous remplacer.

Au même titre que les avocats et les juges, les notaires peuvent faire de la jurimétrie un véritable atout non seulement au service de leur activité de conseil, qui n’est pas la plus connue des Français, mais aussi au service du compromis grâce à la médiation que les notaires peuvent mettre en oeuvre.

Retrouvez toutes les informations concernant les enjeux et promesses de la jurimétrie dans l’article de Jordan Belgrave, L’IA appliquée aux décisions judiciaire : enjeux et promesses. Journal du Village des notaires n°88, 20.

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :