Immobilier en Ile-de-France : activité record et pression sur les prix.

Mardi 23 novembre 2021, les notaires du Grand Paris tenaient une conférence de presse pour présenter la note de conjoncture immobilière du 3ème trimestre. Un marché immobilier qui se définit, pour l’instant, à la fois par des performances historiques, une tension forte sur les prix, et des évolutions divergentes selon les segments de marché. La Rédaction du Village des notaires y a assisté vous livre les principaux enseignements.

La Chambre des notaires de Paris accueillait mardi 23 novembre les journalistes, en présentiel et en visio, pour leur présenter les chiffres marquants d’un marché immobilier dont l’une des principales caractéristiques actuellement est le dynamisme retrouvé. Les notaires parisiens ont profité de cette conférence de presse pour annoncer le renouvellement, pour 5 ans, de leur partenariat avec l’INSEE sur la production des indices Notaires-Insee des prix des logements anciens pour la région Ile-de-France, parmi les premiers indices à être labellisés par l’Autorité de la statistique publique (ASP), qui garantit le principe d’indépendance professionnelle dans la conception, la production et la diffusion de statistiques publiques.

Comme ils le précisent dans leur dossier de presse : « Ce partenariat, qui existe depuis plus de 30 ans, permet la publication de résultats conjoncturels fiables sur l’évolution des prix des logements anciens en Ile-de-France, à l’aide d’une méthodologie éprouvée et de données de qualité. Ces indices sont indispensables aux nombreux publics intéressés par l’immobilier qui porte des enjeux économiques et sociaux cruciaux pour notre pays. Ils répondent aux besoins de transparence et de fiabilité sur les prix éprouvés par les acteurs du secteur pour éclairer leurs analyses ou décisions. »

Poursuivant sur la description du marché immobilier, les notaires ont souligné les principales statistiques et tendances de cette conjoncture du 3ème trimestre :

  • Sur les douze derniers mois de l’année, près de 187 000 logements anciens ont été vendus, ce qui fait dire à Cédric Blanchet, président de la chambre des notaires de Paris, que le « marché n’a jamais été aussi haut »
  • Côté activité des notaires, bien que la prudence reste de mise, avec « un certain ralentissement de rentrée des dossiers et signatures des avants contrats », les perspectives demeurent bien orientées. Pour les notaires, 2021 sera donc « un très bon cru ». Les notaires remarquent par ailleurs qu’il s’agit d’un phénomène planétaire, avec comme déclencheur la pandémie.
  • Les moteurs de l’activité restent les mêmes : l’attractivité du taux des crédits habitats et l’accessibilité des financements ont accompagné la volonté de devenir propriétaire, renforcée par la recherche de confort et de sécurité, suite aux confinements. Sur bien des secteurs géographiques, les niveaux d’activités n’ont jamais été aussi élevés, témoignant de la bonne santé du secteur et de la pression de la demande. Mais pour conserver un marché fluide et sain, les notaires estiment qu’une pause en termes d’activité serait salutaire.
  • La forte dynamique permet au marché d’atteindre en France les 1 208 000 transactions à fin août 2021. Côté Ile-de-France, l’augmentation du volume de ventes pour les logements anciens au 3ème trimestre est de +24 %. Des chiffres presque aussi bons qu’en 2019, année record. Entre le 3ème trimestre 2020 et le 3ème trimestre 2021, l’augmentation du nombre de ventes est de +22 %, et +16 % en comparaison avec le 3ème trimestre moyen des 10 dernières années.
  • Suivant les segments du marché et les types d’habitat, les évolutions sont très divergentes : la maison remporte la palme du bien le plus recherché, notamment en Grande Couronne (+ 23% en un an et + 26% par rapport à la moyenne des 10 dernières années) où les volumes de ventes atteignent un nouveau record historique.
  • Côté prix, Paris voit ses prix stagner et osciller depuis un an et demi entre 10 600 et 10 800 € le m2. Tout l’inverse des prix des appartements et des maisons, que ce soit en Grande ou en Petite Couronnes : + 4,6% en Petite Couronne et de + 5,6% en Grande Couronne en un an pour les appartements ; + 7% en an au 3e trimestre 2021 pour les maisons, et les notaires prévoient même une augmentation dépassant les 8% en janvier 2022.
  • L’année 2021 sera donc un excellent cru d’après les notaires franciliens, même si un tassement est à prévoir côté avant-contrats à l’automne avec, potentiellement, un retour dans les prochains mois à des volumes de ventes encore très élevés, mais moins exceptionnels.

Retrouvez le dossier de presse complet ici.

Simon Brenot
Rédaction du Village des notaires

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :