Groupe Monassier : le réseau notarial crée une société de participations

L’association Groupe Monassier a annoncé le 11 décembre 2015 la création d’une société de participations financières de professions libérales par actions simplifiées. Le groupe a ainsi franchi un nouveau cap dans son développement, dans l’objectif d’anticiper les nouveaux défis rencontrés par les notaires.

« C’est un moment historique, car nous avons signé ce matin les statuts de la société » a annoncé le 11 décembre 2015 la présidente du Groupe Monassier, Arlette Darmon. Les 24 études de France métropolitaine du groupe ont rejoint le projet, mûri depuis 2011. « Nous sentions qu’il fallait unir nos forces comme il y a 23 ans, affirme la présidente. Nous avions déjà une vision entrepreneuriale. Ce travail s’inscrit dans la logique du groupe ».

La création de cette holding poursuit plusieurs objectifs : d’abord, compléter le maillage territorial du groupe. Dans cette optique, elle permettra d’accompagner des notaires dans leur installation, et notamment des jeunes. « L’installation des jeunes notaires est difficile, et surtout longue, explique Olivier Geffroy, secrétaire général du groupe. Avec la société, nous pourrons les accompagner, leur donner les outils nécessaires et leur proposer un partenariat financier par le biais d’une prise de participation ».

Autre objectif du groupe Monassier : développer leurs compétences. « La holding nous permettra de créer des liens afin d’obtenir des compétences que nous n’avons pas, et de mieux répondre aux attentes de nos clients, précise Olivier Geffroy. Par exemple, si nous avons besoin de compétences en fiscalité, nous pourrons nous rapprocher d’un avocat, voire même créer un cabinet avec un avocat pour obtenir cette compétence ». Le groupe n’a pas encore défini les autres critères qui détermineront la prise de participation. « Nous avons créé un outil, nous devons maintenant réfléchir et trouver une stratégie, explique le secrétaire général. Pour saisir les futures opportunités, il faut être préparé ».

Arlette Darmon sait que ce projet novateur va attirer les regards. « C’est toujours le cas à partir du moment où quelque chose de nouveau apparaît, confirme-t-elle. ″Vont-ils vendre leur âme ?″ La réponse est non. Officiers ministériels nous sommes, officiers ministériels nous resterons. Nous avons des valeurs, et nous les conserverons ».

Clarisse Andry
La rédaction du Village des Notaires

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :