[(oogle DFP pour 2 pubs]

Faire progresser son étude par la formation.

Nombreux sont les avantages de la formation continue : prendre de la hauteur, gagner en expertise, faire des expériences inédites (voir notre compte-rendu de la formation organisée à Saint-Cyr), ou encore revenir plein de bonnes idées pour améliorer la qualité de vie au travail. Si la plupart des formations portent actuellement sur des thématiques juridiques visant à développer l’expertise notariale, « les notaires sont nombreux à exprimer des demandes en matière de compétences entreprenariales et managériales, explique Virginie Thevaux, directrice de la Qualité et du Management au Conseil supérieur du notariat (CSN), car la profession a été confrontée à toute une série d’évolutions qui appellent de nouveaux modes d’organisation ». Le Journal du Village des Notaires vous propose donc un aperçu de ces questions.

Dans une enquête sur le sujet réalisée par le Journal du Village des Notaires, les notaires interrogés disent dans leur grande majorité avoir déjà réalisé des formations afin de développer leurs expertises et leurs compétences, dans des domaines aussi variés que : la gestion de patrimoine, le droit rural, le droit de la famille, la fiscalité, les successions ou encore les régimes matrimoniaux… La plupart d’entre eux souhaitent suivre de nouvelles formations dans l’avenir, sur des thématiques telles que la gestion de patrimoine, le droit rural, de la famille, ou encore la fiscalité, mais aussi pour développer leurs talents en management ou pour se former dans « les langues et le droit britannique ».

Une nouveauté marquante est cette tendance en développement « qui consiste à faire venir un formateur dans son office, à la fois pour son côté pratique, souligne Virginie Thevaux, puisque les salariés n’ont pas à se déplacer, mais également comme acte de management en tant que tel qui contribue à fédérer les membres de l’étude ».

Les formations d’exception du CSN

Les deux formations mises en place en partenariat avec le CSN visent avant tout à impulser des perspectives nouvelles pour les notaires, afin que ceux-ci puissent mieux répondre aux défis qui se posent à eux au quotidien. « Nous avons noué un partenariat avec Saint-Cyr, précise Virginie Thevaux, parce qu’ils proposent des formations d’excellence qui transposent le savoir-faire militaire au monde des entreprises. Au travers de mises en situation très intenses, encadrées par d’anciens officiers qui ont une double culture de l’armée et du monde de l’entreprise, ces stages offrent des parcours hors du commun pour développer la posture, le leadership, et la force de caractère ». Les stages proposés sont au nombre de trois :
1) le premier, qui dure quatre jours, est une formation certifiante en « management d’équipe et efficience »
2) le second de deux jours pour développer « le leadership au service de l’efficacité collective »
3) un troisième d’une journée pour apprendre, sous la houlette d’un ancien négociateur du GIGN, à « négocier dans la complexité ».

Dans tous ces stages, les participants sont amenés à résoudre, chaussures de marche au pied, et dans la boue si nécessaire, des problèmes qu’il n’est possible de résoudre qu’à plusieurs. « Ils redécouvrent ainsi l’importance du collectif, une dimension très forte dans le monde militaire où la seule réussite possible passe par le groupe, et ils développent ainsi leur capacité à mieux communiquer, à mieux déléguer, à faire davantage attention aux autres ».

La formation proposée en partenariat avec HEC en est, elle, à sa deuxième année, avec les trois modules de trois jours :
1) « Définir la stratégie de l’offre et valoriser ses prestations », qui répond aux besoins en matière de définition de ses différentes clientèles, d’analyse de son environnement, mais aussi d’analyse de ses forces et faiblesses, dans le but de rendre ses offres plus pertinentes et plus attractives.
2) « Inspirer et accompagner le changement dans l’office », où, comme l’indique Virginie Thevaux, il est notamment question de « savoir évoluer pour mieux impulser le changement ».
3) « Repenser la gouvernance et mobiliser les équipes », où il s’agit d’apprendre à mieux communique et coopérer avec son équipe et, le cas échéant, avec ses associés.

Ces trois modules peuvent être effectués séparément et un certificat HEC Executive Education est délivré à ceux qui réalisent l’ensemble des trois formations.

De manière plus classique, et quel que soit le domaine où vous souhaitiez acquérir des compétences, d’excellentes formations vous permettent de mettre à jour vos connaissances et de mieux comprendre quelles sont les vraies problématiques pour le sujet qui vous intéresse.

L’immobilier

Sur les thématiques immobilières, développez votre savoir-faire en matière d’autorisations d’urbanisme, de projets immobiliers sur le domaine public, de VEFA, ou d’opérations de lotissement – avec notamment les questions de TVA pour les professionnels et celle de la plus-value imposable pour les particuliers.
Le conseil aux entreprises

Les formations sur le sujet peuvent vous aider à voir plus clair dans des thématiques telles que les cessions d’actifs en cas de procédure collective ou l’utilisation de la fiducie.

Les questions rurales

Êtes-vous suffisamment informés du droit des uns et des autres en matière de droit de la chasse, afin de bien informer vos clients lors d’une transmission de bien ? Quelles sont les dernières évolutions juridiques en matière de droit rural, notamment sur la cession des parcelles boisées et les modalités selon la taille de la parcelle et la nature du vendeur ? Maîtrisez-vous les conditions d’ouverture et les modalités de purge des différents droits de préférence et de préemption ?

La fiscalité

Il peut être utile de se former au prélèvement à la source pour être en mesure de conseiller ses clients sur cette question déroutante, tant sur la question des taux, que de l’impact de l’année blanche pour tous les investissements patrimoniaux.

Le droit de la famille

En matière de droit de la famille, êtes-vous bien au clair avec l’ensemble des actes : mariage et changement de régime matrimonial, divorce et licitations éventuelles, donations – entre vifs, donation d’usufruit, donation-partage ; il arrive, par exemple, que les cas d’indivision soient ardus à traiter, en raison des différents types d’indivision, du régime des différentes créances et dettes de l’indivision, de l’établissement des différents comptes d’indivision et de la prise en compte du passif. Êtes-vous vraiment au point ?

Le fonctionnement de l’étude

Sur les sujets d’organisation et de management, qui intéressent toujours davantage les notaires, de nombreuses formations très concrètes s’offrent à vous : comment développer des offres de recrutement plus attractives et plus transparentes ? Il convient pour cela de travailler tout autant sur la présence de l’office sur les réseaux sociaux, sur son positionnement en termes de management, de valeurs et d’éthique, de se former sur les attentes du candidat selon sa génération, mais aussi sur la manière de rendre l’entretien de recrutement le plus clair possible – par votre offre en termes de rémunération, de carrière, de formation, et de qualité de travail ainsi que la formalisation de cette offre par des promesses et des engagements factuels.

Il n’est pas besoin d’insister sur l’importance de la relation clients et, sur ce sujet-là, il existe aussi de très bonnes formations qui vous aideront à impulser les bons changements : mieux connaître les typologies de clients, ainsi que les évolutions des comportements et des attentes, mieux communiquer selon les types d’interaction, savoir évaluer le niveau de satisfaction, et apprendre quels sont les facteurs de fidélisation, et aussi, élément crucial, vérifier que son accueil téléphonique est à la hauteur de ce que les clients peuvent décemment attendre.

Un autre enjeu majeur sur lequel nombre de notaires cherchent des repères et des formations sont les entretiens d’évaluation en interne : il est important d’être clair sur la préparation et la conduite de ces entretiens qui sont des moments idéaux pour repérer les niveaux d’autonomie de vos collaborateurs ainsi que leurs besoins en formation. Bien menés, ils sont des facteurs importants de réussite de votre étude.

Autre sujet qui intéresse beaucoup d’études : comment réorganiser la structure de l’étude, par le changement de statut ou même la fusion d’études ? Si vous deviez choisir une nouvelle structure pour votre étude, connaissez-vous suffisamment les différents régimes sociaux et fiscaux ? Si vous envisagez une fusion d’études ou une mutualisation des ressources, savez-vous comment développer une stratégie : élaborer les bons critères pour rechercher le ou les partenaires, être capable d’établir un diagnostic, de définir un périmètre et un profil si l’on souhaite recruter en commun, établir une vision commune et un mode de management ?

Jordan Belgrave

Article initialement publié dans le Journal du Village des Notaires n°71

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :