Etat du marché immobilier au cours du 1er trimestre 2015

Analyse du marché immobilier au cours du 1er trimestre 2015

En prix

Selon l’indice Notaires-INSEE, au premier trimestre 2015, les prix des logements anciens en France métropolitaine diminuent légèrement (-0,1% par rapport au trimestre précédent. Les prix des appartements continuent de baisser, quoique plus modérément que fin 2014 (-0,3% après -0,8%). Le prix des maisons se redresse légèrement (+0,1%, après -1,6%).

Sur un an, les prix des logements anciens continuent de baisser d’environ 2%, suivant leur tendance depuis fin 2012 : -2,3% au premier trimestre 2015 comparé au même trimestre de 2014, après -2,5% au quatrième trimestre 2014. Cette baisse est plus importante pour les appartements (-2,7% sur un an) que pour les maisons (-2,0%).

En Île-de-France, la baisse des prix des logements anciens se poursuit à un rythme proche de celui que l’on observe depuis deux ans : -0,4 % sur le trimestre, -2,1 % sur un an.

En province, les prix augmentent légèrement au premier trimestre 2015 (+0,1%), après une forte baisse au quatrième trimestre 2014 (-1,5%). Cette hausse concerne les maisons (+0,1%) et les appartements (+0,1%). Sur un an, les prix restent cependant orientés à la baisse (-2,4% au total en province). Cette baisse est plus marquée pour les appartements (-2,8%) que pour les maisons (-1,1%).

L’analyse des prix médians par département montre une tendance à la stabilisation des prix : un tiers des départements en appartements et près de la moitié en maisons affichent des prix stables (évolutions annuelles comprises entre -2% et +2%). Le nombre de départements enregistrant des baisses de prix sur un an passe ainsi de 74% à 48% en appartements et de 56% à 33% en maisons.

Au niveau des principales villes de province en appartements anciens, contrairement au trimestre dernier où la plupart des villes enregistraient des baisses, la stabilité des prix domine au 1er trimestre 2015.
Cependant, les prix continuent de baisser dans quelques villes (Dijon, Marseille et Toulon, globalement en baisse depuis mi-2012 ; Lille depuis mi-2013 et Lyon où la baisse n’est avérée que depuis fin 2014). Rennes, où la tendance est instable d’un trimestre sur l’autre, et Strasbourg, où le marché résiste, se distinguent avec des prix en hausse de 3% entre le 1er trimestre 2014 et le 1er trimestre 2015.

On peut dresser un constat similaire dans les agglomérations de province en maisons anciennes, avec une stabilisation des prix dans la plupart des cas. Les prix continuent néanmoins de baisser à Lille, Rouen et Toulouse ; à Toulouse, les prix étaient pourtant repartis à la hausse au cours des trois premiers trimestres 2014.

En volume

A fin avril 2015, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois écoulés est estimé à 702 000 en France métropolitaine, en baisse de 4% par rapport à avril 2014. Cependant, sur 3 mois, on observe une légère reprise d’activité avec +1% par rapport à janvier 2015.

Rédaction du Village des notaires

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :