Cybersécurité des offices : une affaire à prendre très au sérieux.

La Technot 2021 s’est déroulée jeudi 17 juin 2021 et a abordé, comme chaque année, de nombreuses thématiques intéressants l’avenir du notariat dans son rapport à la technologie. L’année dernière plus particulièrement, avec la généralisation du télétravail et l’utilisation accrue des outils numériques dans les offices, le nombre de cyberattaques a connu une progression fulgurante, ce qui a entraîné des problématiques logistiques et de confiance dans les outils utilisés, mais potentiellement aussi dans les métiers ciblés.

A l’occasion de la table-ronde spéciale Cybersécurité et centrée sur « les nouvelles formes fraude », les intervenants professionnels sont revenus sur les risques encourus lorsque des attaques informatiques touchent le matériel et surtout les données qui y sont contenues.

Le défi des cyber attaques.

Me Sébastien Wolf, notaire à Paris, a partagé son expérience de victime de cyberattaque au sein de son office : « En janvier 2020, nous nous sommes fait intercepter un mail par un pirate via phishing (hameçonnage). Vers le 17 mars, au moment du confinement, le pirate a fait des détournements de fonds par falsification de mails à la fois du client et du collaborateur. Le collaborateur recevait ainsi des instructions du client puis les envoyait au comptable pour faire des virements. Le pirate a détourné 700 000 euros en 10 jours. Nous nous en sommes aperçus un 1er avril. Le stratagème était très élaboré avec un flux de fonds que l’on transférait à la fois sur de vrais comptes et aussi sur les comptes détenus par le pirate.  »

Il soulignait que le confinement a joué sur la capacité de chacun à rester alerte pendant cette attaque informatique : « Avec le recul, les fautes d’orthographe dans le mail auraient dû nous mettre la puce à l’oreille. A plusieurs reprises, le comptable voulait nous en parler mais avec les conditions du télétravail, c’était plus compliqué. C’est allé même jusqu’à une suspicion interne. »

Gérer sa cyber vulnérabilité.

Pour gérer ces incidents informatiques lorsqu’ils arrivent et s’en prémunir ensuite, le Journal du Village des notaires rappelait dans son numéro spécial « Cybersécurité des offices notariés  » [1] que « plus les choses auront été préparées en amont, (...) plus la gestion de la crise pourra être efficiente. »

Ainsi il est primordial pour les professionnels de comprendre que, côté prévention, les solutions sont autant techniques, que liées à la sensibilisation des utilisateurs. On notera quatre axes qui sont essentiels : « les mots de passe, qui doivent être robustes et uniques, la sauvegarde régulière des données pour éviter que leur perte soit irréversible, la sécurisation des systèmes d’information (antivirus, pare-feu, connexion wi sécurisée, chiffrement, etc.) et l’adaptation aux nouvelles façons de travailler (séparation des usages professionnels et personnels, utilisation responsable d’internet, VPN sécurisé, maîtrise des réseaux sociaux, etc.).  »

La cybersécurité n’est pas qu’une affaire de machine, elle est tout aussi humaine. Elle concerne donc tous les collaborateurs et partenaires de l’étude : notaires, clercs, secrétaires, formalistes, comptables, négociateurs immobilier, stagiaires. Pour faire entrer durablement les consignes de sécurité, il est aujourd’hui admis qu’il ne suffit plus de rédiger des chartes informatiques, les acteurs devant désormais miser notamment sur l’acculturation par le jeu et la mise en situation.

Retrouvez ci-dessous une infographie Village des Notaires qui rassemble les principaux gestes d’hygiène numérique à adopter au sein de vos études :

Simon Brenot
Rédaction du Village des notaires

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :