Conjoncture immobilière 3ème trimestre : un marché plus fluide et des évolutions de prix toujours modérés.

La reprise de l’activité, amorcée ce printemps en Ile de France s’est prolongée au 3ème trimestre et en octobre. Après trois années difficiles, les volumes de vente de 2015 reviendraient donc vers des niveaux plus en phase avec les moyennes de longue période. L’embellie s’accompagne de premières tensions sur les prix.

L’amélioration des volumes de vente s’est prolongée

Comme au 2ème trimestre 2015, le niveau encore particulièrement attractif des taux d’intérêt (2%) a encouragé la concrétisation des projets notamment parce que les médias évoquent régulièrement une menace des taux de crédits. Après 4 ans de reculs progressifs et modérés des prix, les acteurs du marché n’attendent plus d’évolutions amples. Les acquéreurs et vendeurs ont donc été plus enclins à trouver un terrain d’entente et à concrétiser leurs transactions.

Au 3 ème trimestre 2015, le volume de ventes de logements anciens a progressé d’un quart en Ile-de-France (soit 9 300 ventes de gagnés) par rapport au 3ème trimestre 2014.

Au cours de ce trimestre d’été, le marché a retrouvé, avec 46 600 ventes, un niveau d’activité voisin de celui constaté pendant la période haute 1999-2007 et supérieur de 14% au volume de ces 10 dernières années.
Le volume de vente des appartements anciens a connu une hausse 28% tandis que la croissance pour les maisons est de 19%.

Des premières tensions sur les prix

Du 2ème au 3ème trimestre 2015, les prix ont augmenté dans la plupart des marchés. La prix des saisonnalité explique en grande partie cette hausse qui tient au souhait des familles de concrétiser leur projet avant la rentrée. Le prix au m² à Paris a refranchi la barre des 8000 euros pour s’établir à 8020 euros au 3ème trimestre, alors qu’il était à 7890 euros au 2ème trimestre.
En Petite Couronne, le prix des appartements ont augmenté de 0,7% et de 0,3% en Grande Couronne. Quant aux maisons, les prix ont augmenté de 1% en Ile-de-France.

La plupart des indicateurs avancés font état d’une stagnation des prix dans les prochains mois alors qu’à cette époque de l’année, la tendance est plutôt à la baisse.

Rédaction du Village des notaires

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :