Comment choisir le bon prestataire de traduction juridique ?

Les besoins en traduction juridique étant multiples et très variés, le choix du bon prestataire dès le début du projet est la clé de sa réussite.

Un interlocuteur de qualité et expérimenté doit connaître vos domaines d’activité, vous demandera de l’éclairer sur certains points (finalité du document, destinataire auquel il s’adresse, documents de référence servant à l’appui du dossier, ..), est apte à vous conseiller sur une prestation plutôt qu’une autre pour obtenir les niveaux de qualité escomptés dans les délais impartis, vous informe tout au long du projet en cas de doutes ou d’ambiguïtés sur les documents à traduire et soumet systématiquement à un contrôle qualité la totalité des textes que vous lui confiez.

En d’autres mots : il comprend vos besoins, maîtrise le sujet du texte que vous lui confiez et met en place une communication de qualité.

La connaissance de vos domaines d’activité

Comme l’indique la Société Française des Traducteurs (SFT) dans sa publication « Traduction, faire les bons choix », "Il est bon de se faire une idée précise de la qualité de travail que peuvent effectuer les traducteurs pressentis, et de ne pas se contenter de leur jolie plaquette ou de leur séduisant discours commercial."

Vous souhaitez faire traduire en anglais la mise à jour des statuts d’une société, avez-vous vérifié si votre interlocuteur maîtrise le droit des sociétés ? Vous a-t-il posé les questions pertinentes pour mener à bien le projet ? Vous a-t-il demandé la version précédente des statuts, éventuellement traduite ? Concernant la variante linguistique, avez-vous besoin d’une traduction en anglais américain ou en anglais britannique ?

Type de prestation souhaitée et requise

Quel est l’objectif de votre demande ?

Avez-vous besoin d’une traduction juridique pour information, pour divulgation ou pour présentation auprès des autorités judiciaires d’un pays étranger ? La publication ci-dessus citée de la SFT explique à tout donneur d’ordre, quel que soit son domaine, les différents objectifs de toute demande de traduction dont dépendront le niveau de qualité finale et le nombre d’intervenants, répercutés également sur le délai et le prix de la prestation.

Dans le cadre d’une demande de traduction juridique, plusieurs cas de figure sont envisageables. En effet, vous pouvez avoir un document de travail dont le contenu doit être compris par vos collaborateurs étrangers. L’objectif de votre demande de traduction étant informatif, il exige la réalisation par un spécialiste d’un travail correct, mais moins peaufiné qu’un travail pour divulgation. Si par contre, la traduction de votre document va être diffusée ou si votre document revêt d’une importance particulière, la relecture par un deuxième spécialiste s’impose afin d’atteindre un niveau de finition supérieur tant au niveau du contenu que de la forme.

D’autre part, si vous avez besoin d’une traduction juridique à présenter auprès des autorités étrangères, plusieurs questions se posent : Quelle est l’autorité concernée ? De quel type de document s’agit-il ? Avez-vous besoin d’une traduction assermentée ? La légalisation de la traduction est-elle requise ? L’ensemble de ces questions doivent être abordées en amont sous risque de vous retrouver avec un document sans valeur juridique.

Échange tout au long du projet : l’importance de la communication avec votre prestataire.

Lorsque le prestataire auquel vous avez confié votre traduction juridique est sérieux, il n’hésitera pas à vous contacter en cas de doutes ou d’ambiguïtés existantes sur les documents que vous lui avez transmis.

Si vous avez très peu de temps pour rédiger un contrat et que vous avez souhaité lancer sa traduction avant de le finaliser, votre prestataire vous préviendra dès qu’il identifiera des incohérences au sein du même dossier. Même si le but du traducteur n’est pas de corriger le contenu des documents sources qu’il reçoit, il doit quand même prévenir sur toute ambiguïté dont les conséquences peuvent être importantes et peut dans certains cas apporter des suggestions afin d’améliorer la qualité finale du document traduit et d’éviter parfois des confusions graves pour le destinataire du document.

Méthodes de contrôle qualité

Quelle est la charte de qualité de votre prestataire ? À quels niveaux s’applique-elle ? Toute charte de qualité professionnelle doit aborder certains sujets de base comme la confidentialité et le cycle de traitement des dossiers mais elle doit garantir également l’application d’un contrôle qualité systématique sur tous et chacun des dossiers dans son intégralité et à tous les niveaux.

Le contrôle qualité est une opération cruciale pour tout projet de traduction juridique, indépendamment de l’urgence, du volume et du domaine concerné. Si dans le cadre d’une OPA, votre traduction est parfaite d’un point de vue linguistique mais l’un des chiffres clés est erroné, je vous laisse imaginer l’impact potentiel d’une « simple » inversion de deux chiffres.

Par conséquent, plusieurs critères président au choix de votre prestataire de services de traduction. Il ne faut pas négliger cette démarche de réflexion. Votre interlocuteur doit connaître votre domaine et comprendre vos besoins spécifiques, il mettra à votre disposition toutes ses connaissances linguistiques, juridiques et techniques pour la réalisation correcte de vos projets. Cette relation de confiance sera à l’origine de traductions de qualité, d’une homogénéisation de vos textes, des gains de productivité et d’économies.

Patricia Huertos Puerta
Cabinet Huertos & Associés
www.cabinet-huertos.com
Partager cet article sur vos réseaux sociaux :